Pourquoi choisir un médecin ostéopathe ?

L
L'ostéopathie : pour quelles indications

Le système locomoteur

Le mal de dos est sans aucun doute le mal du siècle. Il est facile de l’observer lorsque l’on regarde le nombre de patients qui consultent un ostéopathe parce qu’ils ont mal en bas du dos, entre les omoplates ou dans le cou. Cette récurrence de motif concernant les problèmes de dos sont devenus un enjeu de santé national avec de nouvelles propositions de traitements par les médecins. C’est ainsi que le sport sur ordonnance voit progressivement le jour par exemple.


De son coté, l’ostéopathe va jouer un rôle important sur ces symptômes avec la prise en charge de douleurs aiguës telles que des lumbagos ou torticolis, mais aussi l’accompagnement lors de douleurs chroniques durant depuis plusieurs mois ou années.

Le lumbago

Le lumbago est un mal de dos d’apparition brusque, la plupart du temps après un geste banal de la vie quotidienne (ramasser quelque chose par terre par exemple) avec une sensation douloureuse vive qui va engendrer une position de confort du patient, dite antalgique, afin de ne pas solliciter la zone du corps en souffrance. Un lumbago va en général se situé dans la région lombaire, sur un coté du dos ou tout en bas.


En règle général, le lumbago est la résultante de plusieurs facteurs (stress, manque de sport, alimentation déséquilibrée, surcharge pondérale, manque de sommeil,…) qui vont concourir à l’apparition d’un blocage dans le corps suite à un faux mouvement. On appelle cela une décompensation. Toutes les différentes tensions, tant psychiques que physiques s’accumulent jusqu’à un point où le corps n’arrive plus à encaisser toutes ses contraintes et le fait alors savoir. Dans ce genre de cas de figure, un protocole de deux, voir trois séances en ostéopathie réparties sur quelques semaines va permettre de rétablir un équilibre dans le corps.


L’ostéopathe va premièrement s’assurer qu’il n’y a pas de pathologie médicale sous-jacente (conflit nerveux ou bien pathologie organique) auquel cas il renverra le patient vers son médecin traitant. Lors de la premiere consultation, l’enjeu sera de lever les tensions musculaires et articulaires vives et souvent sensibles pour le patient qui l’empêchent de se redresser correctement et réaliser les gestes du quotidien normalement. Des techniques douces d’inhibition musculaires, de mouvements rythmiques ainsi que le travail articulaire spécifique vont alors être les outils de l’ostéopathe. En plus de cela, l’ostéopathe aura en connaissance le terrain du patient grace à l’entretien de début de consultation qui lui permettra de savoir si des conseils alimentaires, posturaux ou même d’exercices physiques sont à indiquer à celui-ci. Un travail sur le système viscéral pourra déjà être amorcé lors de cette consultation.


Une deuxième consultation est en général nécessaire afin de pérenniser le traitement antérieur. Celle ci aura lieu une semaine après la première avec une approche différente. Le but sera de traiter le sujet du terrain de la personne avec une vision plus globale de la personne. C’est ainsi que l’ostéopathe pourra aller rechercher et travailler des zones du corps éloignées du symptômes mais qui possèdent des influences plus ou moins directes sur ce lumbago.
Chez des patients sujets aux lumbagos à répétitions avec parfois des pathologies articulaires existantes, une troisième consultation sera envisageable pour finaliser le protocole de traitement.

Le torticoli

Le torticoli possède un mécanisme assez semblable au lumbago avec un processus de blocage musculaire important qui va immobiliser le cou de la pesonne dans une position particulière. Toute tentative de mouvements en dehors de cette position va alors de solder par une douleur vive. Cela va avoir de nombreuses répercussions sur l’ensemble de la posture du patient car la position antalgique ne permet généralement pas de garder l’horizontalité du regard. Ce faisant, le reste du corps va compenser avec d’autres muscles qui vont se contracter et des articulations qui vont se mettre en mouvements afin d’avoir de nouveau le regard à l’horizontal.


Le torticoli est un spasm très important de deux muscles antagonistes de la nuque, le muscle splénius et le SCOM (sterno-cléido-occipito-mastoidien) qui vient imprimer un mouvement d’inclinaison et de rotation opposée de tête.
Les causes de torticolis sont multiples et il n’est pas rare de voir des patients souffrir de plusieurs torticolis par an. Ils peuvent survenir à la suite de faux mouvements ou de position traumatique gardée trop longtemps. Un effort intense peut aussi favoriser l’apparition d’un tel processus.


Dans tous les cas, tout comme le lumbago, la priorité sera de savoir si les structures anatomiques ne sont pas lésées. Il faudra ainsi écarter toute compression nerveuse, l’arthrose cervicale, élongation ou déchirure musculaire, pathologie vasculaire ou organique.


L’ostéopathe a un rôle très intéressant dans le recouvrement d’une tension normale et d’une bonne mobilité cervicale sur ces torticolis. Le travail direct qui pourra être effectué sur les muscles en question, sur les articulations possédants des restrictions de mobilité et sur les tissus avoisinants va directement soulager le patient lors d’une première consultation. Néanmoins, tout comme le lumbago, la sensibilité et l'inflammation local au niveau de la zone lésée va nécessiter un travail autour de la zone en question afin de mettre en confiance les tissus. L’ostéopathe va alors regarder la région dorsale afin de relâcher les tensions aux points d’origines des muscles spasmés ainsi que les épaules et le thorax dans le même but.


Deux consultations espacées d’une semaine seront en général nécessaire pour observer une amélioration franche des symptômes et de la mobilité cervicale.

Les douleurs cervicales

Dans un autre registre, la prise en charge des douleurs cervicales chroniques est indiquée en ostéopathie. Le travail sur ordinateur est pourvoyeur de nombreuses tensions depuis les mains jusque dans la nuque. La position assise prolongée à un poste de travail va avoir de nombreuses répercussions sur l’ensemble des tissus des membres supérieurs jusqu’à la base du crâne. En effet, à moins d’avoir un poste de travail ergonomique, le matériel de travail va obligatoirement nécessiter de notre part des adaptations positionnelles qui vont à long terme engendrer de nombreuses contractions et donc des douleurs sur les chaines musculo-aponévrotiques des membres supérieurs.


L’ostéopathe va pouvoir identifier les soucis primaires dans le corps causant des tensions chroniques au niveau du cou et corriger celles-ci. Elles pourront avoir une origine cervicale, mais aussi provenir du bras, du coude, de la main ou autre.


Des conseils sur la position au travail pourront être prodigués afin d’éviter des douleurs récidivantes. Le matériel de bureau dit ergo-dynamique de la société Vépi est par exemple une merveilleuse solution pour adopter une bonne positon de travail (www.vepi.fr).
Un accompagnement du patient sur quelques mois permettra un recouvrement de la santé au long terme.

Les douleurs lombaires ou lombalgies sont les douleurs qui engendrent le plus de consultations en ostéopathie. Ces douleurs peuvent avoir de multiples origines et avoir plus ou moins de répercussions sur la vie quotidienne du patient.